Sélectionner une page

Etre vivant par les relations

 

Apaiser sa relation à l'argent

Retrouver goût à la vie

Appréhender le stress autrement

Corinne Capdequi Peyranère

Une histoire familiale avec en filigrane des tensions et conflits quasi permanents pour des questions d’argent
Une période d’adolescence et pré adulte marquée par l’incapacité d’être en relation, comme tétanisée ou paralysée, des émotions bloquées et du stress pas du tout géré
Une perte de goût à la vie avec l’envie de mourir, le tout entrecoupé de courts moments de plénitude totale
Un engagement volontaire pour retrouver le chemin de la vie en ouvrant la porte du développement personnel
Un cheminement professionnel toujours axé sur les relations humaines

Au fil du temps, des nœuds de vie (émotions, conflits, stress, dépression, argent) qui sont devenus mon métier, car l’être humain est résiliant par nature !!

Aujourd’hui, je goûte la joie d’accompagner des personnes pour leur permettre d’être pleinement vivant et de retrouver la paix dans tous les domaines de leur vie, tout en continuant mon propre processus de transformation…
 un chemin sans fin ! 🙂

J’évolue, mon site aussi…suivez mes activités sur les réseaux sociaux

Me contacter

Newsletter

Vos données

6 + 12 =

Définitivement OUI !

Un magnifique mois de juin d'une belle densité...A la question  : "es-tu toujours ok de dire OUI à la Vie et de continuer de voir le meilleur derrière chaque situation ?"...la réponse fut OUI et je rends grâce à tout ce chemin parcouru pour sentir la beauté d'une...

Chemin de joie

Encore  un mois de mai avec en filigrane une impression de dépression, à nouveau cette perte de sens ou de goût à la Vie.Je connais cela pour l'avoir vécu bien des années. Et cette fois-ci, je le vis comme un dernier test, comme si la question de fond était "alors ?...

(Se) laisser vivre

Un silence depuis 2 mois imposé par les bugs à la fois informatiques et intérieurs. Un site internet qui crash totalement, des activités qui ralentissent, une incapacité à réécrire mon site, et un sentiment qu’il faut lâcher, lâcher, lâcher encore et encore. J’avoue...