Depuis le début de ce bel hiver, je me suis retrouvée plusieurs fois en ski de randonnée à devoir descendre dans un brouillard dense, visibilité à 5 m pas plus…oh! toujours dans des contrées sûres, étant donné mon niveau technique 🙂

Etrange impression que cette perte de repères, parfois immédiate et même si j’ai eu le temps de voir ce brouillard arriver, la déstabilisation est intense : impression de continuer d’avancer, de skier alors que je suis à l’arrêt, ou sensation de tanguer, de perdre l’équilibre en skiant, et en même temps, le mental qui commence sa danse éclectique : « où suis-je? » « y a-t-il un trou, une dépression? » « suis-je sur le bon chemin? »…
Il ne reste alors que deux points stables, ai-je ressenti : le contact de mes pieds avec le sol : sentir les dénivellations même minimes, la courbure du sol, la texture de la neige et…des espaces-temps fugaces…d’intuition…un je-ne-sais-quoi qui me dit « c’est ok », « c’est le bon chemin », comme une réassurance intérieure inexplicable.

Dans nos méandres émotionnels, il y a aussi cette perte de repères où tout se mêle et se mélange…
Nous pouvons alors essayer de :

  • Revenir à nos sensations physiques, parfois pas confortables voire profondément désagréables, mais là, il y a déjà un chemin…peut-être celui de la purge, de l’élimination des symptômes physiologiques du stress. Mettre de la conscience, une attention accrue à ces tensions, ces noeuds, ces froids ou chauds. Y revenir, consciemment, pour reprendre contact avec notre réalité physique (plutôt que se perdre dans les aléas mentaux).
  • Prendre un temps pour écouter la petite voix qui indique une piste, une idée, un feeling pas toujours clair. Cette intuition pour ma part, c’est cette idée-fusée qui passe vite mais qui, lorsque je prends le temps de m’y arrêter, de l’arrêter, me fait sentir un corps plus détendu, relaxe. L’intuition est souvent accompagnée d’une détente corporelle, c’est ce que j’ai pu expérimenter.

Navigation à vue, perte de repères…autant de chemins pour (ré)apprendre – pour moi, ce mois-ci- à revenir au corps et laisser marcher la machine à intuitions!